Une fois encore, l’un des pays les plus visités au motif touristique ferme ses aéroports. La Polynésie française se voit contrainte d’empêcher les voyageurs étrangers, de prendre leurs avions. L’épidémie du coronavirus n’a pas encore dit son dernier mot.

Le virus circule encore

Les voyages à but touristique en destination de la Polynésie ont été suspendus. Pour raison majeure à l’origine, le coronavirus. Ceci survient au fait de l’annonce du ministre Sébastien Lecornu.
Cette annonce emprunte le chemin destructeur de l’économie de la Polynésie. Le tourisme étant le premier secteur d’activité du pays. Désormais, les motifs touristiques pour joindre le pays seront rejetés. Seuls ceux d’ordre professionnel, familial ou sanitaire, appuyés de justificatifs seraient recevables.
Sébastien Lecornu a approuvé que les choses s’amélioraient en ce qui concerne l’épidémie. Néanmoins, il a fait remarquer que le virus se promène encore de façon active dans les rues. 300 cas sont détectés par semaine, avec une augmentation des contagions au sein de l’archipel des îles Sous-Le-Vent.

Renforcement de l’aide au niveau des secteurs en précarité

Les précautions prises préalablement par ce pays autonome, ont permis de stopper les nouvelles introductions du virus. En effet, pour être embarqué, un individu doit avoir fait un test trois jours auparavant. À son arrivée aussi, il doit effectuer un test quatre jours après. Cela concerne bien évidemment les voyageurs qui arrivent en Polynésie.
Au cours des années qui précèdent la venue de la crise, la France et les États-Unis étaient des acteurs touristiques. En fait, ils étaient les principaux pays qui fournissaient à la Polynésie des touristes. En 2019, la Polynésie française a reçu environ 300 000 visiteurs. Mais en 2020, elle a accueilli en dessous de 75 000 visiteurs.
Le ministre Sébastien souligne que les aides déjà procurées, seraient contre toute attente maintenues.