Par ce temps de pandémie qui court, aucun pays ne s’est vu recevoir les grâces du tourisme. L’année 2020 pourrait être signalée comme une année noire, dans tous les cahiers économiques. Des voyages d’été ont déjà été annulés vers plusieurs destinations. Néanmoins, la Grèce pense sauver la sienne avec le vaccin contre le coronavirus.

Des idées convergentes

Tout comme le pensaient déjà certains pays, la vaccination pourrait tout changer. La Grèce, elle, préfère jouer ses cartes en avançant le « passeport sanitaire ». Kyriakos Mitsotakis (premier ministre grec) eut l’idée de faire cette proposition à ses collègues européens.
Plusieurs débats se font autour de cette proposition. Il ne peut nullement être affirmé qu’elle a été reçue à l’unanimité. Cependant, la Grèce n’entend pas passer un été sans touristes.

La vaccination comme un laisser passer

Le Directeur de l’agence Athens Walking Tour, Giannis Giannakakis, épouse l’idée du vaccin. Il pense que pour réussir la saison, il est nécessaire de passer au vaccin. Ceci pourrait éviter d’être maintenu quelque part en raison d’un confinement surprise.
De plus, les collaborateurs de la Grèce, tels le Danemark et la Suède, s’engagent aussi sur la voie de certificat électronique. Une décision a donc été prise au finale, dans la visée d’harmoniser les actes de vaccinations déjà employés dans des pays. Seulement il s’agira en premier temps de rassembler des preuves de vaccinations. Ces preuves seront destinées à des conclusions médicales.
Le pays grec, déterminé à progresser, cogite déjà à mettre à la disposition des aéroports du pays, des mesures prioritaires. Elles intéresseront les individus vaccinés contre le virus viral. De ce fait, ils ne seront pas obligés de se soumettre à un test PCR, ni à un confinement préventif.
Plus de 300 000 Grecs ont déjà été vaccinés. Le pays relâche peu à peu les restrictions concernant le confinement démarré en novembre.